Turqueries

•Inépuisable Cappadoce

Publié dans Tourisme en Turquie

Bonjour à tous! 

 

Au cours des deux dernières semaines, nous avons eu des problèmes de connexion importants; voilà qui explique le retard dans la mise à jour de mon blog.  Vous avez peut-être néanmoins suivi le récit de nos aventures en Syrie; si non, notre journal de voyage est maintenant terminé et peut être consulté à l'adresse suivante:  http://www.mytripjournal.com/AnnieEtSebastienEnSyrie2007

 

 

Deux jours, 150 photos:  nous pensions avoir immortalisé la Cappadoce sous toutes ses coutures en 2004.  Nous pensions la retrouver avec le même plaisir qu'on aurait à revoir une vieille connaissance dont on aurait perdu la trace ("Eh!  Je pensais bien ne jamais te revoir!").  Présomptueuse pensée.  La Cappadoce est tout simplement inépuisable.  Pas une photographie, pas un souvenir ne peut lui rendre justice.  On se retrouve ainsi devant elle comme la toute première fois, sidéré, avec cette seule phrase en tête :  "Mais comment est-ce donc possible?"  

 

Il y a bien une explication géologique :  une série d’éruptions volcaniques ont noyé la région sous la lave à intervalles de millions d’années, créant des couches de roches, de tuf, de basalte.  Puis, d’autres millions d’années ont permis au vent et à l’eau d’accomplir leur travail de sculpteurs.

 

On a beau savoir que l’action conjuguée du temps et des hasards géologiques peut produire des résultats surprenants, l’œuvre de la Nature en Cappadoce est au-delà de tous les possibles.

 

Bien sûr, les formes contribuent au ravissement:  leur étrangeté, leur singularité et en même temps leur étonnante harmonie séduisent.  Le sol est un vaste ciel nuageux, dans lequel chacun peut projeter son imagination:  "On dirait une tête de lapin"  "Celle-là ressemble à un dromadaire"  "Ça fait penser à de la crème fouettée, non?". 

 

 

Il y a aussi les couleurs qui émeuvent, ce mariage délicat de roses, de bleus, de verts, de beiges et de jaunes.  On peut être aspiré par toute cette beauté sereine, s’y oublier pendant quelques minutes ou quelques heures.

 

Cependant, la magie de la Cappadoce tient surtout à l’étendue de ses formations rocheuses.  Ses rubans de vallées s’étendent sur des dizaines de kilomètres carrés : aussi loin que la vue peut porter.  Pendant plus de 1000 ans, les hommes ont creusé leurs demeures et leurs lieux de culte dans ces roches poreuses, créant des villes entières sous terre et laissant la surface vierge de toute trace humaine. 

 

Marcher à travers ces vallées, c’est se transformer en astronaute découvrant une planète inconnue.


Commentaires (0) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent
Publié à 09:06, le 13/05/2007,
Mots clefs :

Qui suis-je ?

Récits et anecdotes de notre séjour d'un an à Bilkent Universitesi, Ankara, Turquie

«  Octobre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031 

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis
Ecrivez-moi
Flux RSS

Liens amis

Météo Ankara
Actualités turques
Album photo
Carnets de voyage


Rubriques

Tourisme en Turquie
Vie quotidienne

Mes amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email

Page 1 sur 1
Page précédente | Page suivante